16 Novembre 1945 : Fondation de l’UNESCO

Unesco - Histoires de Parfums

Genèse

En septembre 1921 la Société des Nations, (ancêtre de l’Organisation des Nations Unies) se penche sur la création d’une commission pour la coopération intellectuelle au niveau international. De cette réflexion naîtra entre 1922 et 1925 trois organisations internationales : la Commission internationale de coopération intellectuelle, L'Institut international de coopération intellectuelle et le Bureau international de l'éducation. Mais les actions entreprises par ces organisations connaissent un coup d’arrêt avec le début de la Seconde Guerre Mondiale. Pendant quelques années, l’épée sera plus forte que la plume.

Naissance de l’UNESCO

Alors que la guerre bat son plein, la Charte de l’Atlantique (1941) et la Déclaration des Nations Unies (1942) posent les bases d’une réflexion pour la création d’une organisation supranationale destinée à promouvoir l’entraide entre les états.

De 1942 à 1945 la Conférence des ministres alliés de l’éducation travaille à la proposition d’une Conférence des Nations unies pour promouvoir la paix par “la solidarité intellectuelle et morale de l’humanité”.

Celle ci se déroule à Londres du 1er au 16 novembre 1945. A l’issue de cette conférence les représentants des 37 pays présents signent l’acte constitutif de l’UNESCO (United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization). L’acte signé rentrera en vigueur le 4 novembre 1946 après sa ratification par vingt pays.

L’UNESCO à l’œuvre

Le but de l’UNESCO est d’instaurer la paix par la coopération internationale en matière d'éducation, de science et de culture.

Dès 1948 l’UNESCO recommande à tous les pays membres de rendre l’éducation primaire obligatoire, gratuite et universelle.

En 1951, alors que la recherche européenne en physique nucléaire est au point mort depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, l’UNESCO tient une commission intergouvernementale. Suite à cette commission, le CERN (Centre Européen de la Recherche Nucléaire) est créé en 1952 et à qui on doit notamment l’invention du World Wide Web (1989) et la découverte du Boson de Higgs (2012).

En 1958, le siège permanent de l’UNESCO est inauguré. Il est l’œuvre de 3 architectes : Marcel Breuer (Etats-Unis), Pier Luigi Nervi (Italie) et Bernard Zehrfuss (France). Surnommé « l’Etoile à trois branche » il se situe à Paris au 7 Place de Fontenoy dans le 7e arrondissement.

Au niveau culturel, l’UNESCO mène ses premières actions dès 1960 avec le déplacement du temple d’Abou Simbel pour le sauver de la montée des eaux provoquée par la construction du barrage d’Assouan. Aujourd’hui 1073 sites culturels dans 167 pays différents sont sous la protection de l’UNESCO (Les cinq pays qui abritent le plus de sites sont dans l’ordre : L’Italie, la Chine, l’Espagne, la France, l’Allemagne).

Malgré sa vocation d’universalité, l’UNESCO n’a pas été épargnée par les tensions politiques. En 1984, les Etats Unis se retirent de l’organisation, le président Reagan accusant l’UNESCO de favoriser les thèmes utilisés par la propagande soviétique. Le Royaume-Uni et Singapour se retireront également l’année suivante, ce qui provoque d’importantes baisses dans le budget de l’organisation. Les USA reviennent en 2003.

Le 12 octobre 2017, accusant l’organisation de mener une politique « anti-israélienne », les Etats-Unis notifient un nouveau départ qui deviendra effectif le 31 décembre 2018.

L’action de l’organisation ne fait pas l’unanimité. Certains l’accusent de traiter les sujets (notamment ceux liés au patrimoine) de manière inégale selon les régions du monde et de faire preuve de favoritisme dans certains cas.

Les sujets mémoriaux sont également au centre des critiques comme la polémique à l’inscription au Registre Mémoire du monde de documents sur la vie de Che Guevara ou d’archives sur le Massacre de Nankin. Pour ces manquements, le Japon a d’ailleurs suspendu sa contribution au budget de l’UNESCO depuis 2016.

Malgré ces difficultés, l’UNESCO compte aujourd’hui 195 états membres et continue ses différentes missions de promotion de la paix et d’entraide entre les états, fidèle au préambule de sa fondation :

« les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix. »

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés